POLITIQUE CULTURELLE

Depuis plusieurs années, les politiques publiques poussent à la professionnalisation de l'artiste et c'est une tendance que nous soutenons vivement. Pourtant, encore aujourd'hui l'artiste ne peut pas vivre de son travail, vu qu'il.elle ne perçoit quasiment jamais de rémunération pour celui-ci. Par exemple, lors d'une exposition, tout le monde est payé, sauf l'artiste. On lui propose souvent "la visibilité" en guise de rémunération...mais cela ne permet pas de vivre effectivement. Visarte Valais travaille à changer cela.

Visarte Valais propose de

  • Rémunérer le travail des artistes lors de leurs expositions dans un musée/ lieu d'exposition public.

  • Repenser le statut de l’artiste, sortir du paradigme artiste producteur.trice.

  • Mettre en place des subventions pour permettre à l'artiste de financer son temps de création.

  • Dynamiser la création locale grâce à un lien fort entre lieux d'exposition et artistes.

  • Penser mieux et plus de tremplins pour les jeunes artistes émergent.e.s.

 

Concrètement il s'agit de 

Exiger que l'octroi des subventions pour monter une exposition soit assorti d'honoraires pour le travail des artistes. Ces honoraires devraient correspondre au minimum aux indications d’honoraires de Visarte Suisse.

Augmenter la somme globale des subventions pour arriver à moins de déséquilibre, comparé à d’autres domaines artistiques.

Réintroduire les bourses de recherche qui permettent à l’artiste de rémunérer cette partie de son travail.

Introduire un nouveau dispositif de subvention qui pourrait permettre à l’artiste de recevoir des fonds ponctuels pour de la création.
 

Repenser le statut de l’artiste qui n’est pas juste un.e producteur.ice de biens quelconques mais producteur.trice des biens culturels. CF papier sur le statut de l’artiste.

Introduire un nouveau dispositif ArtPro qui lie un artiste local et un lieu d’exposition (musée ou galerie labéllisée) sur le modèle Théâtre Pro. L’artiste est invité.e à créer in situ une exposition et il.elle est salarié.e sur toute la durée de la création selon les salaires pratiqués dans un domaine similaire, par exemple les arts vivants.

 

Permettre aux bénéficiaires de la bourse Art Pro de toucher l’entier de la somme, à savoir 45'000.- d’une seule traite en début de programme et non obligatoirement déployée sur 3 ans (15'000.- / an), vu les petits montants que cela représente. Cela permettrait également à chacun.e d'organiser son travail comme il.elle le souhaite.

Repenser entièrement les résidences internationales :
la plupart des artistes ne peuvent pas y postuler car iels ont un travail alimentaire fixe pour vivre. Créer des résidences plus proches dans des lieux qui intègrent les artistes dans le tissu artistique local, par des rencontres avec les autres artistes, les curateurices ou les directeurices de musées. Les résidences doivent être pensées comme des accélérateurs de réseau social. De même que les artistes venant en Valais pour une résidence doivent être activement intégré.e.s dans le tissu artistique local (présentation aux artistes et aux directeurices locales).

Être représenté plus systématiquement présent dans les organes décisionnels qui traitent de politique culturelle, notamment au conseil de la culture. De systématiser les relations entre Visarte Valais et le Service de la culture quant il s'agit de mise en place de politique concernant les arts visuels.

Mettre en place une charte de bonnes pratiques pour les lieux d’exposition et permettre aux seuls signataires de cette charte de toucher des fonds publics pour faire des expositions.

Documents – ressource – articles : La rémunération du travail de l'artiste

Analyse d’un tour de passe-passe

Dans le contexte pandémique actuel, les protestations des artistes pour réclamer des conditions de travail dignes et la mise en place d’une rémunération lors des expositions se font de plus en plus vives.

#Paietonartiste

Longtemps, les musées n’ont pas payé les artistes pour leurs expositions, avec l’excuse de la visibilité donnée. Désormais, les fronts bougent, en Suisse aussi. Enquête.

Le Courrier, Samuel Schellenberg // 28.03.2018

Tout l’art d’être rémunéré

A Genève, une lettre ouverte réclame aux institutions de payer les artistes qu’elles exposent, sans quoi elles perdraient leurs subventions. Ville et canton y sont favorables.

Le Courrier, Samuel Schellenberg // 08.01.2019

Guide des honoraires

Quel tarif pratiquer ou demander pour quel travail ?
Le guide des honoraires de Visarte suisse est une base de négociation.

Arts visuels en Valais :
Un état des lieux

L'étude de Benoît Antille présente un état des lieux et met en lumière les problématiques inhérentes à la scène des arts visuels en Valais

PANCH

Cette recommandation doit servir d’une part de base de négociation pour les artistes (performance) et d’autre part de valeur de référence pour les demandes de financement des institutions, galeries et festivals subventionnés.

Le poids de la culture
dans l'économie valaisanne

De l'importance du secteur de la culture dans notre économie, un secteur plus florissant que le tourisme?

Réflexions et propositions autour du statut de l'artiste

L'artiste est à la base de l'économique de la culture or il ne profite pas de ses retombées

La crise du COVID

La crise du covid a eu une conséquence pour le milieu des artistes visuels, plasticiens, de mettre en lumière la précarité de cette branche professionnelle